Home  :  Information Center  :  Calendar  :  Details of an activity

Subscribe
Calendar*
Did you know that...?*

Releases and Speeches*

Publications*
Useful links

* IN FRENCH ONLY


TARGETED SECTORS



Chronique Deuxième Transformation du bois

When:

Juin 2005

Where:

Québec
   

Quelques tendances inédites vues à Interzum & Ligna 2005
En avril dernier, PÔLE Québec Chaudière-Appalaches organisait une mission technologique en Allemagne, conjointement avec le CIVAM. Cette mission avait pour objectif de regrouper diverses régions afin de permettre aux entreprises de première et de deuxième transformation du bois ainsi qu’aux fabricants d’équipements de se réunir. C’est donc ainsi qu’un groupe d’environ 25 entrepreneurs québécois participait à la foire commerciale allemande Interzum & Ligna.

Interzum 2005 était divisée en quatre grandes sections thématiques :

  • Produits semi-finis pour les cuisines et les bureaux. On pouvait y voir, par exemple, des chaises faites à partir de lamelles de bois de récupération, des rampes d’escalier flexibles et des moulures en MDF pour armoires de cuisine.
  • Accessoires, quincaillerie et petits outils. On y retrouvait beaucoup de quincaillerie pour les chaises, les armoires de cuisine et des accessoires de salle de bain. Un bon endroit pour quiconque recherche un distributeur!
  • Matériaux et surfaces décoratives. Parmi les produits intéressants qui y étaient exposés, des veneer présentés de façon très marketing, des placages très spéciaux, des formes en bois moulé de chez Engelvin et ITA, en France, et d’intéressantes imitations de bois de Suisse et d’Allemagne.
  • Planchers et manufacturiers de fenêtres. Les fenêtres étaient faites d’une combinaison de plastique, d’aluminium et de bois. Des exposants de portes présentaient aussi des produits novateurs, qui isolent très bien du bruit.

Ligna a également permis de découvrir des produits fascinants, pour la plupart très différents de ce qui se fait au Québec :

  • Construction de maisons en bois. Ne ressemblant à rien de ce qui se fait ici, elles s’apparentent davantage à des chalets! Toutefois, elles sont très solides et utilisent de très grosses pièces de bois.
  • Préfabriqué. Les murs sont très épais, glulam et poutrelle. (www.lignotrend.com/index01.asp; www.woodlam.com)
  • Conservation du bois. Du bois bleu pour la construction : un enduit qui protège contre la détérioration du bois.
  • Traitement par l’osmose et anti-termites pour le bois d’ingénierie.
  • Résistance au feu. Bois traité pour retarder la combustion contre le feu (FRTW). L’imprégnation est très importante et se voit surtout utilisée pour le bois servant à la construction de gymnases, d’écoles, de théâtres et de restaurants. Il est entre autres utilisé en Malaisie.

Pour en savoir plus sur Interzum & Ligna 2005, vous pouvez lire l'article de Lyne Rousseau, directrice du développement des affaires pour la filière Deuxième Transformation du bois, paru dans la revue BST.com.

Colloque sur l’importation de bois d’apparence exotiques : un succès !
Le 16 juin dernier, PÔLE QCA réunissait à l’hôtel Québec une centaine de personnes lors d'une rencontre portant sur l’importation des bois d’apparence exotiques. Sept conférenciers sont venus y partager leur expérience. Une première au Québec!

Le colloque fût très apprécié des participants puisqu'il traitait d'un sujet d’actualité. En effet, à l'heure où plusieurs produits en bois exotiques se trouvent sur nos marchés, les entrepreneurs se sont vus fournir des informations pouvant les guider et les aider dans leur décision d'emprunter ou non cette voie. Le colloque leur a notamment permis d’éclaircir des points tels que : Quelles sont les essences qui s’importent actuellement au Québec et leurs caractéristiques ? Quels sont les modes d’importation existants ? Quels sont les avantages et les inconvénients de l’importation ?

Les premières démarches d’importation de bois exotiques par des manufacturiers remontent à 1994 environ. Ce sont les manufacturiers de fenêtres et de moulures qui ont amorcé le bal. Ensuite, de nombreux fabricants de planchers ont commencé à s’y intéresser, constatant la demande croissante de leur clientèle. Aujourd'hui, les manufacturiers de meubles commencent également à être préoccupés par cette question puisqu’il y a de plus en plus de meubles fabriqués en bois exotiques sur les marchés québécois. Pour les fabricants de cuisines, il n'y a encore aucune demande pour du bois solide. Ceux qui fabriquent des panneaux d’armoires plaqués suivent de près le marché de manière à pouvoir s’ajuster si cela devient nécessaire.

En guise d'inauguration au colloque, nous avons présenté les résultats d’un sondage complété par les participants lors de l’inscription. Voici les résultats obtenus :

  • 38 % des personnes présentes importent déjà du bois exotique, alors que parmi les 62 % qui n’importent pas, 80 % ont l’intention de le faire à court terme. Les pays importateurs de bois exotiques sont le Brésil, l’Afrique et d’autres pays de l’Amérique du Sud. Quelques participants importent aussi de l’Asie.
  • 78 % des importateurs actuels importent de la planche, alors que 38 % importent du placage. Parmi ceux qui n’importent pas encore, 54 % ont l’intention d’importer de la planche, 31 % des composantes, 23 % du placage et 8 % des panneaux.

Deux modes d’importation sont actuellement privilégiés : trouver un bon grossiste au Canada et développer des contacts auprès d’exportateurs dans un pays exotique. Les objectifs de l’importation consistent à développer des produits différents, réduire les coûts de matière en trouvant une essence substitut et diversifier les sources d’approvisionnement. Les essences les plus populaires auprès des répondants sont : Jatoba, Cabreuva, Sapelli, Rosewood, Merbau, Teck, Ipe, Pin Radiata, Wenge, Maobi et Cumaru.

Pour consulter les présentations des différents conférenciers présents au colloque, visitez le site Internet


Atelier préparatoire à l’importation de bois d’apparence exotiques (phase 2)
Fort du succès obtenu lors de son Colloque sur l’importation des bois d’apparence exotiques le 16 juin dernier, PÔLE QCA lancera en septembre la phase 2 de ce projet, un atelier préparatoire à l’importation des bois d’apparence exotiques.

L’atelier aura lieu le jeudi 8 septembre 2005, de 8 h à 16 h, à l’Hôtel Québec. La première partie, qui se déroulera dans la matinée, permettra aux participants de :

  • comprendre la logistique et les étapes administratives reliées à l’importation de bois d’apparence exotiques en passant par un importateur dans un pays étranger;
  • apprendre à identifier les risques inhérents à l’importation;
  • apprendre à développer des partenariats avec des exportateurs ou des grossistes, garantissant de la sorte un avantage concurrentiel en termes de coûts et de constance d’approvisionnement. 

Dans l’après-midi, les participants seront invités à choisir parmi deux sessions, selon leurs intérêts :

  • Mission pour l’importation de bois exotiques (planches, placage et composantes) : vise à expliquer comment faire affaire avec des gens de l’étranger et à définir les besoins pour une mission à l’automne.
  • Regroupement d’achats (réunir un pouvoir d’achat afin d’accéder à un volume individuellement inaccessible) : vise à expliquer en quoi consiste un regroupement, à présenter le témoignage d’un regroupement déjà existant et à définir les besoins et structures souhaités.

Pour plus d'information, communiquez avec Lyne Rousseau, directrice du développement des affaires pour la filière Deuxième Transformation du bois, au (418) 953-6276, ou par courriel à [email protected].

Une entreprise française spécialisée dans la fabrication d’habitations légères et de loisirs fait l’acquisition d’un centre d’usinage numérique
Au Québec, plusieurs entreprises exportent en France, en sections préfabriquées, des maisons et des habitations légères et de loisir. Certaines entreprises françaises ont donc elles aussi commencé à emboîter le pas en voyant l’ampleur que tend à prendre ce marché.

La compagnie française Chalet l’Abeille, située près de Nîmes, en France – qui enregistrait déjà une capacité de 350 chalets par an – vient d’investir dans une station d’assemblage d’ossature (une première en France) et un pont multifonctionnel pour l’usinage de panneaux OSB. L’équipement vient de Homag. Avec ce nouveau potentiel de production, l’entreprise pourra produire jusqu’à 3000 unités annuellement.

Wood surfer, fév-mars 2005


Traitement du bois sans chrome et sans arsenic : le bois Wolmanisé
Dans de nombreux bâtiments, les constructions en bois ont une fonction de soutien. Une protection durable est donc décisive. Celle-ci est garantie par le respect des directives de construction et l’utilisation des produits de protection du bois appropriés. Les champignons et les insectes destructeurs du bois n’ont alors aucune chance d’y résister. La compagnie Wolman prend de plus en plus de place sur les marchés Européens.

Pour en savoir plus, consultez le site Internet de Wolman.


Une nouvelle entreprise spécialisée dans l’application en usine d’huile naturelle sur le bois de plancher voit le jour à Donnacona
Si vous êtes un manufacturier de planchers de bois franc ou de planches murales à la recherche d’un sous-traitant pour appliquer des huiles naturelles sur vos produits, une nouvelle entreprise nommée Finition Classique est née à Donnacona.

Pour de plus amples informations ou pour communiquer avec le président, M. Henri Godin, consultez le site Internet.


Les nouvelles classes de réaction au feu des produits : les Euroclasses
Depuis le 1er avril 2004, l’application du marquage CE des panneaux à base de bois est obligatoire, ce qui impose aux fabricants européens de produits ignifugés de présenter des essais initiaux dits SBI (Single Burning Item ).

Or, le test est bien plus complexe qu’auparavant. n effet, le passage aux Euroclasses implique de tester chaque panneau séparément. Toute une épreuve pour les fabricants qui ignorent encore ce qui leur sera demandé comme classement à l’avenir! Les Euroclasses n’ont pas encore été acquises dans le monde professionnel. 

Mais que sont les Euroclasses au juste ? Le 21 décembre 1988, la Commission européenne publiait une directive visant la suppression des obstacles pour la libre circulation des produits de la construction en Europe. Afin que soit rendue possible cette libre circulation, il fallait harmoniser les méthodes d'évaluation des performances de ces produits. Six exigences jugées essentielles ont ainsi été identifiées :

  • résistance mécanique
  • hygiène, santé et environnement
  • sécurité d'utilisation
  • protection contre le bruit
  • économies d'énergie et isolation thermique
  • sécurité en cas d'incendie (l'ouvrage doit être construit de manière à ce que sa stabilité soit garantie pendant une durée déterminée, que l'apparition et la propagation du feu et de la fumée soient limitées à l'intérieur, que l'extension du feu à l'extérieur soit limitée, que la sauvegarde des occupants soit assurée et que la sécurité des équipes de secours soit prise en considération.)

Les Euroclasses sont le résultat de travaux s'échelonnant sur plus d'une décennie au sein des instances de la Commission européenne : elles consistent en un système unifié de méthodes et de paramètres d'essais ainsi que de valeurs limites pour les classements.

Le système des Euroclasses est est vigueur depuis le 31 décembre 2002.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l'édition d'avril 2005 du magazine PANOMAG  ou cliquer sur le lien.

Comments . Send this page . Add to favorites  .  Print this page
All rights reserved, PÔLE Québec Chaudière-Appalaches