Home  :  Information Center  :  Calendar  :  Details of an activity

Subscribe
Calendar*
Did you know that...?*

Releases and Speeches*

Publications*
Useful links

* IN FRENCH ONLY


TARGETED SECTORS



Chronique Deuxième transformation du bois

When:

avril 2005

Where:

Québec
   

L'UQTR crée une Chaire industrielle de recherche sur le meuble
L'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a annoncé la mise sur pied de la Chaire industrielle de recherche sur la productivité et l'innovation en réseau dans le secteur du meuble. Cet important projet est rendu possible grâce à la participation de l'Association des fabricants de meubles du Québec (AFMQ) et des entreprises du secteur, qui accordent un financement total de 1 200 000 $ permettant d'assurer le fonctionnement de la Chaire pour une période de 5 ans.

La nouvelle Chaire de recherche et de transfert a pour mission de développer, transférer et implanter dans l'industrie du meuble des savoirs, des pratiques, des compétences et des techniques qui lui permettront d'améliorer sa productivité et sa capacité d'innovation afin d'assurer le développement durable du secteur dans un contexte de mondialisation. L'objectif sera atteint en travaillant simultanément à l'implantation d'un processus d'amélioration continue de la productivité et à l'amélioration de la capacité des entreprises à développer, en étroite collaboration, de nouveaux produits à la fois plus performants, plus distinctifs et moins coûteux. Dans cette démarche, les projets seront réalisés avec la participation concrète d'un grand nombre d'entreprises et conduiront au développement de pratiques exemplaires qui seront ensuite transférées à l'ensemble de l'industrie.

La Chaire sera située à l'Institut de recherche sur les PME (INRPME), l'un des plus importants regroupements de recherche dans son domaine à travers le monde. Plusieurs entreprises de la filière Deuxième transformation du bois de la ZONE QCA feront partie de cette Chaire, soit : AP Industries, Menuiserie St-Marc inc., Romeo Laflamme et Fils inc., South Shore Industries Ltd. et Tournage de bois Dynastie.

Pour en savoir plus veuillez cliquer sur le lien.


Retour sur Export Alliance Construction : constat sur ce que recherchent les Américains
Les 15 et 16 mars derniers, Lyne Rousseau, directrice du développement des affaires pour la filière Deuxième transformation du bois participait à Export Alliance Construction, un événement organisé par le World Trade Center, à Montréal. 80 participants s’y sont partagés la quinzaine d’acheteurs présents. Voici quelques éléments importants qui peuvent être retenus à la suite d’entretiens avec des Américains et lors de conférences :

  • Le prix n’est jamais trop bas.
  • Nous ne sommes jamais assez vite pour livrer.
  • Ils sont pressés et s’attendent à voir les produits immédiatement.
  • Ils sont trop pressés pour innover mais nous au Québec nous sommes bons là-dedans.
  • Il faut également être différent si l’on veut leur parler.
  • Il faut que ce soit facile pour eux de travailler avec nous.
  • Ils recommandent d’arrêter de faire du marketing uniquement sur nos produits et notre prix mais plutôt commencer le marketing par notre image, notre meilleure offre (que pouvons-nous faire de mieux que n’importe qui d’autre ?) et avoir un focus clients.
  • Ils apprécient les faibles risques donc axer le marketing sur la constance en livraison à temps de qualité/quantité.

PÔLE QCA organise le 5-6 avril à Montréal une mission inversée pour rencontrer des acheteurs américains, et les points mentionnés ci-dessus présentent de bonnes pistes pour exceller lors de ces rencontres.

Si vous souhaitez en discuter, vous inscrire ou obtenir de l’aide pour vous préparer, n’hésitez pas à communiquer avec Lyne Rousseau, au (418) 953-6276

Retour sur la journée Kruger du 14 mars 2005 : la compétitivité du Québec sur la scène internationale
Lors de cette journée organisée par la Faculté de Foresterie et Géomatique dans le cadre de la semaine des sciences forestières, la conférence de Sven Gustavsson, du QWEB a attiré l’attention de plusieurs participants. La présentation avait pour but d’analyser la possibilité pour les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes de tirer leur épingle du jeu grâce aux opportunités offertes par les systèmes de construction, les bois d’ingénierie, les bois feuillus et les autres produits à valeur ajoutée sur les marchés de l’Amérique du Nord, de l’Europe, du Japon et de la Chine. Par exemple pour le Japon, M. Gustavsson a expliqué qu’il n’y a pas de 2 X 4. Les gens utilisent du lamellé-collé pour fabriquer poteaux et poutres. Ils apprécient particulièrement l’érable, ce qui lui confère une place de choix comme composante de plancher et pour les moulures dans les maisons. Les poutres en I sont également peu connues. Il serait donc pertinent de penser à établir une usine en Chine pour vendre au Japon. Concernant la Chine, la demande en produits du bois y est très forte. L’ossature en bois est pratiquement inexistante. On pourrait trouver des produits qui s’intègrent bien à des bâtiments en béton de plusieurs étages. Il y a également beaucoup de besoins en rénovation et nous pourrions penser à développer l’aspect bois. Pour consulter la présentation de M. Gustavsson, veuillez cliquer sur le lien


Stagiaires en transformation du bois à la recherche de stages
Des étudiants en transformation du bois à la Faculté de Foresterie et Géomatique sont disponibles pour effectuer des stages cet été dans vos entreprises de fabrication de meubles, de cuisines, de planchers, de bois d’ingénierie et structures.

Voici des exemples de fonctions que peuvent effectuer les étudiants en travaillant conjointement avec vos contremaîtres et chefs d’équipe au sein de divers départements :

  • Mettre en place des indicateurs de rendement matière (pmp/pi2) selon les essences de bois.
  • Faire une analyse des matières premières utilisées pour la fabrication et émettre un rapport-conseil pour optimiser le matériel et le temps homme. 
  • Participer à la mise en place d'une procédure en ce qui concerne les règles d'utilisation du bois qui consiste en premier lieu de revoir l'organisation du travail.
  • Participer à différents projets afin d'améliorer les procédés de fabrication ou de développement de nouveaux produits.
  • Travailler à améliorer le rendement matière et l'efficacité des contrôles d'humidité.
  • Procéder à l'implantation et au contrôle de la qualité de l'arrivée du bois brut à l'expédition du produit fini.
  • La mise en place d'un système d'évaluation du séchage et du conditionnement.
  • La standardisation de pièces.
  • Calculer les charges et préparer les dessins d'ingénieurs des solives de plancher et des fermes de toit.
  • Participer à la recherche et au développement des produits.
  • Préparer les feuilles de test, les rapports techniques et autres documents connexes.

Si vous êtes intéressés à soumettre une proposition de stage, vous pouvez contacter Marjorie Guay à l’Université Laval au (418) 656-2446 ou consulter le dépliant.


Retour sur le séminaire sur les planchers de bois du 8 mars organisé par QWEB
Actuellement, plusieurs entreprises ressentent la concurrence de la Chine et une grande partie des conférences visaient à expliquer les moyens qui peuvent être pris afin de se distinguer de ces produits et comment se comporte la compétition. Parmi ces moyens, il a été question de certification forestière qui permet au consommateur de faire la différence entre une forêt aménagé durablement et les coupes illégales ou à rendement non soutenu. Étant donné que les fabricants de plancher utilisent beaucoup de bois franc, ils demanderont éventuellement à avoir de la matière première certifiée afin d’offrir cette garantie à leurs clients.

Les Européens sont très friands de nos érables alors pourquoi ne pas développer au Québec le concept de la route d’érable ? Pour réussir dans le plancher, il faut l’intégration soit l’acquisition de la finition. Il faut travailler sur les vernis pour améliorer les propriétés du bois.

De plus, il faut penser à utiliser lors de la commercialisation l’aspect construction verte et se doter d’une politique environnementale. La demande va de plus en plus vers des maisons saines et les planchers de bois s’intègrent bien à cette notion.

Si vous avez des questions sur ce séminaire n’hésitez pas à communiquer avec Lyne Rousseau, au (418) 953-6276. Le CD du séminaire sera disponible prochainement pour achat au QWEB.


Les Européens démontrent un vif intérêt pour les maisons en bois
AFCOBOIS, l'Association Française des constructeurs Bois, a lançé récemment un concours de conception-construction auprès d'équipes composées d'architectes et d'entreprises de construction bois, en réponse à un projet du ministère français de la Cohésion sociale de « maisons à 100 000 euros tout compris ».

Au cours des dernières années, la maison bois s'est fortement développée sur un créneau moyen haut de gamme, délaissant quelque peu la maison simple et économique. Ce concours aura pour objet de prouver que la maison bois sait être économique tout en étant performante (notamment en terme d'isolation thermique), mais aussi de montrer qu'elle se positionne dans un contexte de développement durable. Vous pouvez consulter le site Internet.
 
Un article de Netbois confirme cet engouement pour les maisons en bois chez les Européens. On y décrit des maisons à architecture dite «solaire» : des maisons en bois, largement vitrées au Sud, ouvertes au soleil, protégées du froid du Nord par des murs bien isolés et ne disposant que de petites fenêtres pour limiter les déperditions de chaleur.

Les maisons en bois nées d’une telle architecture répondent parfaitement à la problématique mondiale soulevée sur les questions de climat et aux diverses lois que les pays d’Europe veulent mettre en œuvre pour lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de carbone. Elles répondent ainsi à une préoccupation grandissante de développement durable.
Pour consulter l’article vous pouvez cliquer sur le lien
 

Comments . Send this page . Add to favorites  .  Print this page
All rights reserved, PÔLE Québec Chaudière-Appalaches